Pas de quartiers pour les inégalités d’accès aux soins !

Favoriser l’accès au soin et la promotion de la santé dans les quartiers les plus vulnérables de Grigny et de Viry-Chatillon : c’est l’objectif de l’Atelier Santé Ville (ASV) Grigny-Viry-Châtillon. Un projet mis en mise en œuvre par le GIP* de Grigny et Viry-Chatillon, avec l’appui des élus, des professionnels et du Conseil général.

Les inégalités en matière d’accès au soin se creusent, la lutte contre la désertification médicale est devenue une priorité. C’est dans ce contexte que l’Atelier Santé Ville Grigny-Viry-Châtillon a vu le jour en 2008, à l’initiative des élus des deux villes et de la Préfecture de l’Essonne. Objectif : développer l’offre des professionnels libéraux, promouvoir la santé infantile physique et psychique, et développer la prévention et la prise en charge en santé mentale. Avec, en ligne de mire, les enfants et les adolescents (43% de la population grignoise a moins de 25 ans).

Développer l’offre de santé
Les missions de l’ASV ? Elles consistent en partie consistent à soutenir des projets locaux de santé. « Nous avons aidé à la mise en place d’un point documentaire de santé locale, mais aussi à l’appui à la maison pluridisciplinaire de santé qui regroupe 16 professionnels libéraux de santé, en favorisant la concertation entre les différents partenaires », raconte Cécilia Masselli, coordinatrice de l’ASV.

Sensibiliser le public
En parallèle, l’ASV développe aussi des programmes de prévention. C’est le cas du programme de santé bucco-dentaire pour lequel l’ASV a relayé la campagne nationale « MT dents » de l’Assurance Maladie. Ce dispositif prévoit des soins gratuits, mais a du mal à toucher son public. « Nous avons mobilisé les infirmières scolaires et amélioré la communication pour que cet examen soit mieux connu », explique Cécilia Masselli.
Un travail couronné de succès : le taux de participation à cet examen est passé de 25% à 60%. La démarche de l’ASV porte ses fruits. Plus largement, elle s’inscrit dans celle de l’Agenda 21, puisqu’elle développe l’offre de santé territoriale, tout en dynamisant l’implication d’acteurs individuels et collectifs.

* GIP : Groupement d’intérêt public