résultats de l’enquête Phébus : plus de la moitié des résidences principales ont (...) - Essonne 21

résultats de l’enquête Phébus : plus de la moitié des résidences principales ont une étiquette énergie D ou E

L’enquête sur la Performance de l’Habitat, Équipements, Besoins et USages de l’énergie, dite « enquête Phébus » réalisée en France métropolitaine en 2013 comprend deux volets successifs :

  • un premier volet consistant en une enquête intitulée Caractéristiques du logement, de ses occupants et dépenses énergétiques, soit « Phébus-Clode » ;
  • un second volet correspondant à la réalisation de diagnostics de performance énergétique du logement, intitulé « Phébus-DPE ».

Des premiers résultats sont présentés par le Commissariat Général au
Développement Durable.
Les diagnostics de performance énergétique (DPE), obligatoires depuis novembre 2006 pour la vente et juillet 2007 pour la location, donnent la mesure de la qualité thermique des logements.

Leur analyse montre qu’en 2012, plus de la moitié (53,6 %) du parc
des logements en France métropolitaine consomme entre 151 et 330 kWhEP /m2/an d’énergie (étiquette énergétique moyenne D ou E), contre seulement 14 % qui bénéficient d’étiquettes plus performantes (A, B ou C).

En matière d’émissions de gaz à effet de serre, un tiers de ces logements sont classés en A, B ou C, et 40 % en D ou E. La date de construction du logement, sa taille, son statut d’occupation et surtout l’énergie de chauffage utilisée et la localisation géographique sont clivants : ainsi les studios ou deux pièces du secteur locatif privé sont les logements les plus énergivores.

Retrouvez la publication "Chiffres & statistiques" en entier.